Profitant de la torpeur de l'été, Orange a en toute discrétion envoyé un courrier à ses abonnés disposant d'un mini forfait Internet limité en temps ou en volume de données (auparavant commercialisés sous les marques Wanadoo et Wanadoo Pro et qui ne sont désormais plus disponibles) pour leur annoncer une hausse du tarif de leur abonnement. Si 25 offres ne souffrent que d'une légère augmentation de 1 € (c'est par exemple le cas des offres bas débit), d'autres (4) subissent une hausse de 5 €. Ainsi, les forfaits Wanadoo eXtense 512k 10h et Wanadoo 512k 5 Go (avec ou sans engagement) passent de 19,90 € à 24,90 € par mois, dès le 1er septembre. Tous ces abonnés n'ayant plus d'engagement, il leur est possible de résilier à tout moment (il faut d'ailleurs souligner qu'Orange n'a pas indiqué la possibilité pour l'abonné de résilier son abonnement s'il n'est pas satisfait de ce nouveau tarif). De fait, Orange ne propose plus de forfaits haut débit à moins de 20 € par mois, hormis le compte Haut Débit Orange 512K limité à 1 heure à 10 € par mois (puis 1 € par heure), et qui n'est pas mis en avant par le FAI. Fort heureusement, d'autres FAI proposent des offres à bas prix : Bouygues Telecom (19,90 € par mois en zone dégroupée), Darty (forfait 20 Mbits à 19,90 € par mois en zone dégroupée), et SFR (forfait 20 Mbits à 14,90 € par mois en zone dégroupée et forfait 8 Mbits à 19,90 € par mois en zone non dégroupée). Même NordNet, filiale d'Orange, propose un forfait 18 Mbits à 19,90 € par mois... Pour ceux qui ne disposent pas du haut débit, la pilule sera encore plus dure à avaler, car le forfait 5 heures bas débit passe de 5 à 6 € par mois, soit une hausse de 20 %. On notera d’autre part le lancement récent par Numéricâble d’un forfait triple-play à 19,90 € par mois (mais la partie TV est en réalité limitée aux chaines de la TNT).

La principale raison avancée par Orange sur l'abandon de ces offres est le coût administratif élevé généré pour un faible nombre d'abonnés (quelques dizaines de milliers pour l'ensemble des offres impactées). Le FAI tente donc de rationaliser son catalogue en poussant ces abonnés vers des forfaits plus onéreux. Mais très souvent, ceux-ci ont choisi une offre limitée, car leur ligne ne leur permet pas d'obtenir un débit supérieur à 512K. Et ce n'est pas un changement de forfait qui règlera leur problème... On peut donc comprendre pourquoi les forums d'Orange se sont très rapidement fait l'écho des clients mécontents qui ont très rapidement contacté la DGCCRF.

Toute cette agitation a attiré le regard de la secrétaire d'Etat à l'économie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a interpellé Orange en réclamant le maintien d'offres d'accès à Internet à prix plancher « Je tiens à ce qu'il reste des offres à un tarif inférieur à 20 euros par mois, parce que cela correspond à un seuil psychologique ». Elle souhaite que « chacun puisse avoir accès au tarif et au débit dont il a besoin ». Et elle rappelle que « Certains sont très satisfaits de leurs 512 kilobits (...) tout le monde n'a pas besoin de 5 mégabits ou plus (...) Il y a une dimension sociale qui est importante. Ce que je veux à tout prix éviter, c'est qu'il y ait des gens qui, pour des raisons financières, (...) se désabonnent (alors) qu'un certain nombre de services sont en train de migrer vers Internet » (comme la recherche d'emploi). Elle a donc demandé à Orange, mais également à SFR et Free, de lui fournir une liste réactualisée de leurs offres. Free proposant une offre unique (hors Alice), celui-il a très rapidement répondu à la demande...
Rappelons quand même à la secrétaire d'Etat que les fameuses offres à moins de 20 € d'Orange, en plus d'être scandaleusement limitées, nécessitent d'avoir un abonnement téléphonique chez France Telecom (16 € par mois),  et ne comprennent ni la location du modem, ni les communications téléphoniques, et sont donc bien plus onéreuses que les offres illimitées de la concurrence.

Enfin, pour couronner le tout, la seule réponse de l'opérateur historique à cette polémique a été le lancement d'une nouvelle offre destinée aux jeunes, baptisée Surf, qui propose pour 26,99 € par mois un accès illimité à Internet, la téléphonie illimitée, mais seulement depuis un ordinateur grâce à un logiciel de VoIP, et à un bouquet TV uniquement accessible en streaming depuis son PC. En bref, une offre 25 % plus chère que la concurrence...