Le Blog de NewsLetterOnline.net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - AMD

Fil des billets

mardi 13 octobre 2009

Chipsets nVidia : le chant du cygne du nForce ?

La plainte d'Intel contre nVidia pour violation de sa propriété intellectuelle concernant le bus QPI des processeurs Nehalem semble avoir eu son effet : nVidia vient ainsi d'annoncer l'arrêt de tout investissement et donc de tout développement de nouveaux produits dans sa division chipset.
La plainte faisait suite à l'annonce en août dernier d'un futur chipset nForce MCP99 pour les processeurs Nehalem (Core i5 et Core  i7) début 2010, annonce qui était une véritable provocation, puisqu’Intel avait dénoncé dès février dernier l'accord de licence le liant à nVidia depuis 2004, qui permettait à ce dernier de fabriquer des chipsets pour les processeurs Core 2 Duo et Atom, tandis qu'Intel obtenait en échange le droit d'exploiter les brevets de son concurrent pour ses solutions graphiques. NVidia considérait que cet accord lui permettait de créer des chipsets pour les Nehalem, ce que réfutait Intel qui avait choisi dès lors de saisir la justice. Visiblement, nVidia ne semble désormais plus très confiant sur l'issue du procès, et préfère jouer la prudence. Mais cette décision risque de peser lourdement sur ses comptes, car certains clients importants tels qu'Apple risquent de fuir vers la concurrence (en particulier lors de la disponibilité du chipset Arrandale d'Intel, prévu début 2010). Notez que l'activité chipset de nVidia représente actuellement environ 30 % de son chiffre d'affaires.

Dans le même temps, nVidia a annoncé l'abandon de sa gamme de chipsets pour plateforme AMD, devant le volume ridicule de ventes de ces modèles, et ceci à cause d'une demande jugée trop faible (pourtant, le chipset MCP61 pour AMD reste l'une des plus grosses réussites de sa gamme en terme de ventes). Par ailleurs, AMD l'empêche - tout comme Intel - de commercialiser des chipsets pour les nouvelles générations de processeurs.

Si la société perd son procès face à Intel, va-t-on assister à la fin de la gamme nForce ? Non répond nVidia, car la firme connait un succès avec sa plateforme Ion pour Atom (chipset MCP79) et ses chipsets pour portable (GeForce 9400M). NVidia promet même « d'impressionnantes innovations » pour les plateformes Atom et Core 2. Mais cette déclaration cache difficile l’embarras du constructeur pour le futur. Les conséquences de l’abandon du support des futurs CPU pourraient être bien plus grandes que prévu. Par exemple, comment réussir à imposer une technologie telle que le SLI sans pouvoir maitriser la plateforme ? Et surtout, comment concurrencer Intel et AMD sur le marché des solutions graphiques intégrées aux chipsets et prochainement aux processeurs ?

mardi 9 juin 2009

AMD lance son premier processeur hexacore

die de l'AMD Opteron 7 mois après Intel, mais plusieurs mois avant ses propres prévisions, AMD commercialise son premier processeur doté de 6 cores, l’Opteron « Istanbul ». Exploitant le Socket F (il intègre donc un contrôleur mémoire DDR2 et un contrôleur Hypertransport 3.0), il dispose de 512 Ko de cache L2 par core et 6 Mo de cache L3 partagé. Son architecture est dérivée de celle de l’Opteron Shangai, il reste gravé en 45 nm, et son ACP (équivalent chez AMD du TDP) est similaire. Les modèles annoncés sont les suivants :
Pour les serveurs à 4 ou 8 Socket F :
- Opteron 8435 : 2,6 GHz, ACP 75 W, 2649 $
- Opteron 8431 : 2,4 GHz, ACP 75 W, 2149 $
Pour les serveurs à 2 Socket F :
- Opteron 2435 : 2,6 GHz, ACP 75 W, 989 $
- Opteron 2431 : 2,4 GHz, ACP 75 W, 698 $
- Opteron 2424 : 2,2 GHz, ACP 75 W, 455 $

Côté puissance, les Opteron « Istanbul » apporteraient selon AMD environ 34 % de performances en plus par watt, et un gain en bande passante mémoire de 60 % obtenu grâce à une amélioration de la technologie HT Assist qui optimise les échanges entre les CPU. Selon les premiers benchs, les Opteron E2435 rivaliseraient avec les récents Xeon Nehalem 5500.
L’excellent rendement énergétique de ces processeurs fait qu’AMD les destinent principalement à des usages tels que la virtualisation et les bases de données. Des serveurs dotés de ces processeurs sont annoncés chez Dell, HP, Sun, Cray et IBM.
AMD proposera également au troisième trimestre des versions EE, HE et SE (avec un ACP respectif de 40 W, 55 W et 105 W, privilégiant soit les performances, soit l’économie d’énergie), avant de proposer courant 2010 des versions gravées en 32 nm qui se retrouveront donc face au futur processeur octocore d’Intel, le Nehalem EX.

Mise à jour du 14 juin 2009 : Intel réfléchit à la possible sortie d'un processeur Nehalem hexacore en LGA1366 dans le courant du second semestre 2009. Ce processeur, qui serait lancé en même temps que le Lynnfield/P55, serait compatible avec le chipset X58 et ne nécessiterait qu'une mise à jour du bios. Il pourrait s'agir de Nehalem EX avec 2 cores désactivés (ou défectueux).

lundi 18 mai 2009

La Commission européenne inflige une amende record de 1,06 milliard d’euros à Intel

Le verdict était attendu. Accusé par AMD d'abus de position dominante et d'un comportement anticompétitif, poursuivi par plusieurs plaintes de son concurrent (en 2000, 2003 et 2006), Intel vient d'être condamné pour violation de l'article 82 de l'Antitrust Act par la Commission Européenne, laquelle a décidé de lui infliger une amende record de 1,06 milliard d'euros (soit 4,15 % de son chiffre d'affaires). La Commission demande en outre à Intel de stopper immédiatement ses activités jugées illégales, sous peine de nouvelles amendes. La précédente amende record était celle contre Microsoft, qui avait dû verser 899 millions d'euros.

Intel s'est en effet rendu coupable de pratiques ayant mis en difficulté ses concurrents (particulièrement AMD) et lui permettant de s'accaparer 70 % du marché des CPU. Ainsi, Intel offrait d'importantes réductions tarifaires aux fabricants (dont Acer, Dell, HP, Lenovo et NEC) qui achetaient au minimum 80 % de leurs processeurs chez lui, des remises occultes destinées à retarder ou bloquer le lancement de nouveaux produits dotés de processeurs AMD et qui pouvaient parfois atteindre 95 voire 100 % du prix catalogue ! Le fabricant américain avait également payé le distributeur MediaMarkt (Media-Saturn Holding) pour qu'il ne vende exclusivement que des processeurs Intel entre 2002 et 2007.

AMD s'est félicité du verdict : « le pouvoir ne sera plus aux mains d'un monopole mais dans celles des fabricants d'ordinateurs, des distributeurs et des consommateurs ». Intel a évidemment annoncé qu'il fera appel de la décision : « nous contestons vivement (cette décision) que nous jugeons déplorable et qui fait fi de la réalité d'un marché où règne une très forte concurrence, caractérisée par une innovation constante, des produits toujours plus performants et des prix en baisse. Les consommateurs n'ont été lésés en rien ». Mais Intel devra néanmoins bloquer le montant de l'amende sur un compte en attendant le verdict final, ce qui devrait prendre plusieurs mois ou quelques années. Rappelons que le fabricant américain a déjà été condamné au Japon et en Corée du Sud, et est sous la menace des conclusions de plusieurs enquêtes aux USA.

Cette décision arrive dans un contexte tendu entre Intel et AMD, le premier accusant le second de violation de son accord de licences croisées en transférant la fabrication de ses processeurs à l'entité GlobalFoundries, détenue en majorité par un fond souverain d'Abu Dhabi, ATIC (Advanced Technology Investment Company). AMD accuse de son côté Intel de ne pas respecter la procédure prévue dans l'accord, et menace à son tour de lui retirer ses droits sur les brevets d'AMD.

mardi 16 décembre 2008

AMD Kuma : piètre retour sur le marché du dual core

C’est avec beaucoup de retard qu’AMD vient de lancer ses nouveaux processeurs Athlon X2 7750 Black Edition (2,7 GHz avec coefficient multiplicateur libre, 79 $), Athlon X2 7550 (2,5 GHz) et Athlon X2 7540 (2,4 GHz) qui font partie de la famille « Kuma ». Gravés en 65 nm et affichant un TDP de 95 watts, ces premiers processeurs dual core basés sur l’architecture K10 intègrent 512 Ko de cache L2 par core et 2 Mo de cache L3 partagée. Ils supportent la DDR2 à 1066 MHz.
Il s’agit en fait de simples Phenom X4 dont 2 cores sont désactivés, permettant à AMD de recycler ses processeurs quad core défectueux et de concurrencer en même temps les Pentium E2xxx (Intel se prépare à toutefois contre-attaquer en janvier en baissant le prix de ses Core 2 Duo d’entrée de gamme). Malheureusement pour AMD, les processeurs Kuma ne sont pas très probant : consommation électrique élevée, overclocking limité, et performances aléatoires (parfois inférieures aux processeurs K8 !). On notera qu’AMD proposera en juin prochain une déclinaison 45 nm de ces processeurs, sous le nom Athlon X2 200.

vendredi 29 août 2008

Le chipset Intel X58 sera compatible CrossFire X... et SLI !

Depuis qu'AMD a accepté que tous les chipsets Intel soient compatibles CrossFire X, la pression augmentait chez nVidia, qui restait immobile en refusant toute possibilité de vente de sa licence SLI pour promouvoir ses cartes mères (il proposait néanmoins une solution hardware avec un chip nForce 200 connecté en PCI Express x16, une solution toutefois trop onéreuse). Or nVidia n'a toujours pas décroché la licence QPI, qui lui permettrait de proposer un chipset compatible avec les processeurs Core i7. Donc, pour éviter d'être marginalisé, nVidia vient de mettre en place un processus de vente de licence et de certification SLI, qui ne pourra être utilisée qu'avec le chipset X58. Il ne sera plus nécessaire pour les fabricants de cartes mère d'installer un chip nForce 200, sauf pour disposer de 3 ou 4 liens PCI Express x16. Plusieurs configurations seront donc possibles (2, 3 ou 4 GPU), mais elles nécessiteront une certification de la carte mère, qui imposera un marqueur placé dans le bios.
Il faudra désormais observer si nVidia a obtenu une compensation d'Intel pour ouvrir (légèrement) sa technologie. Par exemple si un chipset nForce compatible Core i7 est annoncé...

vendredi 22 août 2008

IDF 2008 : Menaces sur les technologies SLI et CrossFire

Depuis qu'ils ont ajouté à leurs cartes graphiques des fonctionnalités de multiGPU, nVidia et AMD tentent de verrouiller le marché en refusant d'ouvrir leurs technologies propriétaires SLI et CrossFire, dans l'espoir de pouvoir vendre plus de cartes mères. Malgré quelques tentatives récentes d'ouverture, la situation reste figée.
La situation pourrait bien évoluer rapidement. En effet, lors de l'Intel Developer 2008, une société nommée LucidLogix (dont Intel Capital est un des principaux investisseurs) a dévoilé une technologie MultiGPU universelle, nommée Lucid Hydra Engine. Il s'agit d'un contrôleur PCI Express permettant l'utilisation simultanée de 2 cartes graphiques (éventuellement de marque, de génération et de puissance différentes). LucidLogix a développé un pilote qui s'installe entre les drivers graphiques et l'API graphique (par exemple DirectX 10) capable de gérer cette architecture, en répartissant les opérations de rendu entre les 2 cartes. Une démonstration était effectuée sur le stand de la société, avec 2 cartes GeForce GTX 260, sans lien SLI, et le rendu était parfait. Selon LucidLogix, le gain de performance avec l'ajout d'une seconde carte graphique serait linéaire.
Face à cette menace, AMD et nVidia vont devoir agir rapidement : les premiers produits de LucidLogix sont annoncés pour début 2009.

dimanche 20 juillet 2008

AMD planche sur un futur Socket, le G34

Alors qu'Intel se prépare à introduire d'ici la fin de l'année son nouveau Socket B (ou LGA 1366) pour ses processeurs Bloomfield afin de prendre en charge le contrôleur mémoire tri-canal, AMD envisage pour 2010 de proposer une nouvelle version du Socket G3 (qui devait être le remplaçant de l'actuel Socket F pour les Opteron, mais qui a finalement été abandonné). Nommé G34, ce socket est de format rectangulaire, et serait doté de 1974 broches. Il devrait accompagner la sortie des processeurs "Sao Paolo" et "Magny-Cours", respectivement dotés de 8 et 12 cores (ils sont en fait composés de 2 ou 3 processeurs "Shangai" quad core). Ces 2 processeurs intègreront un contrôleur 4-way HyperTransport 3.0, un contrôleur mémoire DDR3 quadri-canal, 512 Ko de cache L2 par core, et 12 Mo de cache L3 partagés. Dédiés aux serveurs multiprocesseurs, ces processeurs seront ensuite déclinés en versions pour PC de bureau.

samedi 19 juillet 2008

AMD connait la plus importante crise de son histoire

Rien ne va plus chez AMD. Pour le septième trimestre consécutif, la firme a enregistré un résultat négatif, avec pas moins de 1,189 milliard de dollars perdus rien que pour le second trimestre 2008 (contre une perte de 600 millions de dollars au second trimestre 2007). La marge brute s'effondre, passant de 41 % à 37 % en un trimestre (AMD a toutefois vendu des équipements pour produire des wafers de 200 mm, ce qui a provisoirement remonté la marge à 52 %). Le cours de l'action continue de s'effondrer, passant de 40 $ début 2006 à 4,80 $ dernièrement. Pourtant, dans le même temps, le chiffre d'affaires est en hausse de 3 % sur un an (soit 1,35 milliard de dollars, dont 248 millions de dollars pour sa division graphique), et AMD annonce des livraisons records pour ses processeurs Phenom X3/X4 et Opteron, ainsi que le succès de sa gamme Radeon HD 4000.
Une des raisons de la perte abyssale de ce trimestre est la dépréciation de 876 millions de dollars suite à la mise en vente de ses divisions chargées du développement de solutions graphiques pour les appareils mobiles et pour les téléviseurs numériques. Mais il n'en reste pas moins que le groupe est en grande difficulté depuis le ruineux rachat d'ATI, en particulier suite à la rude concurrence des processeurs Core 2 d'Intel face à son architecture K10, et au succès des solutions graphiques de nVidia de la précédente génération.
La première conséquence de cette débâcle est la décision du comité de direction de débarquer Hector Ruiz de son rôle de CEO (Chief Executive Officer), pour le remplacer par Dirk Meyer qui était le précédent COO (Chief Operating Officer) d'AMD. Ruiz restera néanmoins le président du comité de direction, et devient Executive Chairman du groupe. Cette opération faite suite à de nombreux changements à la tête d'AMD, et au licenciement de plus de 10 % des effectifs.
Si AMD n'arrive pas à redresser rapidement la barre, il n'y aura plus beaucoup de solutions pour sauver la compagnie : soit revendre ses usines et devenir une entreprise fabless en choisissant exclusivement la sous-traitance (comme nVidia) - ce qui priverait toutefois AMD des aides financières que la firme a pu obtenir (par exemple en Allemagne) -, soit se vendre ou fusionner avec une société pouvant injecter des finances suffisantes pour relancer l'activité (Samsung est souvent évoqué).

- page 1 de 5