Le Blog de NewsLetterOnline.net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - IBM

Fil des billets

lundi 12 octobre 2009

Retour surprise de SCO : Linux est à nouveau en danger

Alors que l'on vient de fêter les 40 ans d'Unix, un jugement totalement inattendu vient perturber les festivités. Une cour d'appel américaine vient en effet de casser le verdict de 2007 allouant à Novell la propriété d'Unix, un procès qui avait à l'époque mené SCO tout droit à la banqueroute.
Pour rappel, SCO, qui proposait les systèmes Unixware et SCO OpenServer et revendiquait de fait tous les droits sur Unix, avait accusé IBM d'avoir incorporé illégalement dans le code de Linux du code d'Unix, et lui réclamait d'abord 1 milliard puis 5 milliards de dollars. SCO réclamait en outre aux entreprises utilisant Linux le paiement d'une licence très onéreuse. Il avait ainsi contacté 1500 grandes entreprises pour les menacer. Mais tel un chevalier blanc, Novell était intervenu au cours du procès et avait réussi à convaincre le tribunal qu'il était le seul détenteur de la propriété intellectuelle d'Unix (et en outre qu'il possédait le copyright d'Unixware).

Novell avait en effet déboursé plus de 300 millions de dollars en 1993 pour acquérir Unix System Laboratories, qui possédait les droits d'auteurs sur Unix et les licences associées. Deux ans plus tard, il vendait son activité Unix à SCO, mais les 2 sociétés avaient une version différente sur le fait que cette vente incluait ou non la propriété du copyright sur le code Unix. Le juge Kimball avait donné raison à Novell et avait condamné SCO à une amende de 2,5 millions de dollars. Par la suite, suite aux coûts engendrés par les poursuites judiciaires, SCO s'était déclaré en faillite, mais avait finalement été sauvé de la liquidation judiciaire suite à l'intervention du fonds d'investissement Gulf Capital Partners LLC et de son président Stephen Norris, qui a choisi de soutenir la société en lui versant 100 millions de dollars en 2008, mais sous la condition que la direction de SCO s'engage à maintenir « agressivement » ses poursuites à l'encontre d'IBM et de Novell (et contre la société Autozone, qui devait servir d'exemple pour toutes les sociétés utilisant Linux). Pour rentabiliser son investissement, Norris parie donc sur le fait que SCO arrivera à ses fins, et donc parviendra à imposer le versement de royalties sur Linux.

Le feuilleton débuté en 1993 n'est donc pas encore achevé, et devrait nous tenir en haleine dans les mois qui viennent.

Cet épisode intervient alors que la Fondation Linux et L’Open Invention Network (OIN) ont critiqué la vente par Microsoft de 22 brevets liés à Linux à la société AST (Allied Security Trust), une société spécialisée dans le rachat de brevets et la revente de licences aux autres compagnies. L’OIN, qui a réussi à convaincre AST de lui rétrocéder ces brevets, accuse l’éditeur d’avoir réalisé cette opération en indiquant que les 22 brevets faisaient parties de ceux que Microsoft brandit de manière récurrente pour accuser Linux de violation de propriété intellectuelle. Microsoft a démenti avoir eu une telle intention, et a rappelé ses récentes initiatives envers le monde open source (ouverture d’une fondation open source nommée Codeplex.org, accords avec Red Hat et Novell, mise à disposition de 20.000 lignes de code source sous licence GPL v2).

Il faut enfin noter qu'une étude de la fondation Linux affirme que 2,7 millions de lignes de code ont été ajoutées au kernel Linux depuis avril 2008, dont 70 % sont le fait d'entreprises privées. Les plus gros contributeurs sont ainsi Red Hat (12 % des changements), IBM (6,3 %), Novell (6,1 %), Intel (6 %) et Oracle (3,1 %), Google se trouvant très loin avec seulement 512 modifications. D’un côté, cela augmente le risque de procès pour violation de brevet, et de l’autre cela fait craindre des problèmes de stabilité à Linus Torvalds, qui souhaitait un kernel « léger et hyper efficace » au début du projet, et qu’il considère désormais « bouffi, énorme et effrayant », comme… Windows.

mardi 21 avril 2009

Oracle s’offre Sun Microsystems pour 7,4 milliards de dollars (MAJ)

On croyait l’époque des mégafusions révolues. Et bien Larry Ellison, le PDG d’Oracle, vient de démontrer le contraire et de prouver une fois de plus qu’il est un adversaire redoutable sur le marché des serveurs.

Tout a commencé en mars dernier, lorsque le World Street Journal avait dévoilé qu’IBM était entré en négociations exclusives avec Sun pour étudier son rachat.  Mais Sun était trop gourmand pour IBM, et malgré une dernière proposition de Big Blue (entre 6,7 et 7,4 milliards de dollars en cash), les négociations se sont brutalement interrompues, IBM ayant décidé d’abandonner ce rachat (malgré des relances de son partenaire). Et c’est pourquoi l’annonce du rachat de Sun par Oracle il y a quelques heures à fait l’effet d’une bombe : personne n’était au courant, même Steve Ballmer, le PDG de Microsoft, s’est déclaré très surpris. Et pour cause : selon Reuters, les négociations (très secrètes) n’auraient débuté que jeudi dernier. Pour cette opération, Oracle va donc débourser environ 7,4 milliards de dollars (reprise de dette comprise), et offrir une prime de 42 % par rapport au dernier cours de clôture de Sun. Suite à cette annonce, le cours de l’action de Sun a bondi de 35 %, et celui d’Oracle a chuté de 5 %.

Si Oracle est un spécialiste des rachats d’entreprise spécialisée dans les logiciels serveurs (on se souvient de BEA, PeopleSoft, JD Edwards ou encore Siebel), le rachat de Sun est inédit pour la société. Ce dernier réalise en effet la majorité de son activité dans la vente de matériels (Sun est le numéro 4 mondial des serveurs d’entreprise), ce qui va donc positionner Oracle comme un redoutable concurrent d’IBM, de Microsoft et de HP (sauf si Oracle décide de revendre cette activité). On peut également remarquer que les solutions d’Oracle utilisent très souvent des briques technologiques de Sun, ce qui laisse penser que des synergies fortes devraient émerger de la fusion des deux entreprises.

Enfin, on notera qu’avec cette opération, Oracle met la main sur 2 technologies clés : d’une part le système d’exploitation Solaris (utilisé majoritairement avec Oracle Database), et surtout le langage Java, ce qui devrait de facto permettre à Oracle de mieux se positionner sur le marché des middlewares. Mais les utilisateurs de MySQL (racheté en 2008 par Sun) peuvent déjà trembler, car Oracle a systématiquement tué les produits qui concurrençaient les siens à chaque rachat… La communauté open source attend également de connaitre le sort réservé aux autres projets open source de Sun : Glassfish, NetBeans, OpenSolaris, OpenJDK, OpenESB, MySQL Community, VirtualBox, OpenOffice.org...

Mise à jour du 3 mai 2009 : L'affaire était-elle aussi bonne que cela pour Oracle ? Le chiffre d'affaires de Sun pour son troisième trimestre est en chute de 20 % sur un an, soit 2,61 milliards de dollars, très en dessous des prévisions des analystes. Sun annonce de plus une perte de 201 millions de dollars (contre 34 millions de dollars de perte en 2008) dont 46 millions de dollars de compensations pour les 6000 salariés récemment licenciés. Les ventes de serveurs ont chuté de 26 %, ce qui laisse craindre qu'Oracle se débarrasse de cette division, avec la clé près de 10.000 licenciements et un probable bouleversement du marché.

samedi 9 février 2008

Le standard d’identification OpenID se renforce

C’est un geste fort que Google, Microsoft, Verisign, IBM et Yahoo viennent d’envoyer au marché des services web. Les cinq entreprises viennent en effet de rejoindre le conseil d’administration de la fondation OpenID (déjà composé de Vidoop, Six Apart, Sxip Identity, Wikia et NetMesh), chargée du standard d’identification sécurisée et d’authentification OpenID 2.0. Pour rappel, ce système permet à plusieurs sites et services web d’offrir une uniformisation et un partage des informations de connexion, l’un deux assurant l’identification de l’utilisateur auprès des plus de 10.000 autres sites compatibles.

vendredi 8 février 2008

Actualité en bref – 8 février 2008

- IBM a confirmé qu’il allait prochainement produire une version 45 nm du processeur Cell (actuellement proposé en version 65 nm). Cette version consommera 40 % d’énergie en moins, et permettra de faire baisser un peu plus le coût de la PS3.
- nVidia a indiqué qu’il souhaitait continuer à développer la solution PhysX dans un premier temps. Rappelons que nVidia s’est offert AGEIA, la société à l’origine de l’accélérateur physique PhysX, il y a quelques jours.
- En collaboration avec Toshiba, Sandisk va débuter la production de mémoire flash gravée en 43 nm, permettant d’obtenir une rentabilité supérieure. Les 2 entreprises annoncent également être capable de stocker 3 bits de données par cellule de mémoire flash de type MLC, ce qui permettra d’obtenir prochainement des puces de 16 Gbits (2 Go), avec un débit en écriture de 8 Mo/s.
- Microsoft vient de baisser aux USA et en Australie de 50 $ le prix du lecteur HD-DVD pour la Xbox360, qui passe donc à 129,99 $.
- Mauvaise publicité pour Sony : alors que celui-ci annonce une nouvelle batterie pour sa console portable, un enfant de 12 ans a été victime d’une brûlure au deuxième degré dans une école de Detroit (USA), après que la batterie de sa PSP ai pris feu dans la poche de son pantalon.
- Nokia a rendu disponible en téléchargement sa nouvelle plateforme de jeu N-Gage pour Nokia N81.
- Free propose en téléchargement Siphon v1.1, un logiciel pour iPhone (débloqué via Jailbreak) créé par l’équipe de Touchmods.net, permettant de supporter le service SIP de la Freebox (et prochainement pour tous les services de type SIP). http://sip.free.fr/
- Le site américain Infoworld avait lancé il y a quelques semaines une pétition « Save XP », pour demander à Microsoft de prolonger le support technique gratuit de Windows XP, qui doit devenir payant à partir de 2009 jusqu’en 2014. La pétition a recueilli 75.000 signatures, mais Microsoft a répondu que le calendrier restait fixé : arrêt des ventes OEM le 30 juin 2008, arrêts des ventes constructeur en janvier 2009, et poursuite de Windows XP Starter Edition jusqu’au 30 juin 2010.
- Selon le Dallas Business Journal qui a interrogé le président de 3D Realms, Scott Miller, Duke Nukem Forever serait (enfin !) prévu pour Noël 2008, « à un ou deux mois près ». Mais le producteur du titre, George Broussard, est rapidement intervenu sur les forums de 3D Realms pour indiquer que la date de sortie officielle reste « when it’s done ». Le contraire aurait été étonnant…
- Après Starcraft et son extension Brood War, Blizzard a mis en ligne la mise à jour 1.21b de Warcraft III Reign of Chaos et son extension The Frozen Throne, qui permet de se passer du CD original pour jouer.
- L’éditeur français Gameloft serait désormais le leader mondial du jeu vidéo sur téléphone mobile.
- AMD indique que les drivers Catalyst 8.2, disponibles le 13 février prochain, apporteront des corrections de bugs et quelques optimisation. En mars, AMD proposera les Catalyst 8.3, qui introduiront la technologie CrossFire X, permettant de coupler une carte mère compatible CrossFire et 3 ou 4 cartes Radeon HD, pour améliorer les performances.
- Une faille a été découverte dans les extensions de Firefox, permettant de détourner les cookies via un code JavaScript. Aucun correctif n’est pour le moment disponible.
- Apple a mis en ligne des correctifs pour iPhoto (qui passe à la version 7.1.2, pour corriger une faille) et QuickTime (qui passe à la version 7.4.1, suite à la présence d’une vulnérabilité).
- Time Warner envisage de découper AOL en deux aux USA : une partie pour l’activité FAI, et une partie pour l’activité portail. Avant une future cession ?
- Free permet désormais d’avoir accès à la base SETIAR de France Telecom lors de l’inscription en dégroupage total sur numéro inactif, ce qui permet de connaître automatiquement le numéro de l’ancien occupant.
- Pour augmenter la couverture de son offre Triple Play, Orange envisage de proposer prochainement une offre TV par satellite, en commercialisant un décodeur Samsung. Une offre d’accès Internet par satellite est également étudiée.
- Ce sont finalement Canal+ et Orange qui vont se partager les 12 lots portant sur les droits de diffusion de la Ligue 1 jusqu’en 2012. Orange débarque donc sur ce marché, et s’empare pour 203 millions d’euros de 3 lots : le grand match du samedi soir, le magazine en VOD et la diffusion sur téléphone mobile.
- Selon Websense ThreatSeeker, des pirates ont réussi à créer un bot capable de contourner le système de sécurité à base de captcha de Windows Live Mail, leur permettant à nouveau de créer de multiples comptes pour émettre des spams.
- Télé2 Danemark est actuellement en discussion avec les autres FAI danois pour étudier une procédure d’appel suite à sa condamnation par la justice, qui lui a imposé le blocage du site The Pirate Bay.
- Comme prévu, le Secrétariat général à la défense nationale (SGDN) vient de lancer un portail Web dédié à la sécurité informatique, qui se trouve ici : http://www.securite-informatique.gouv.fr/
De son côté, la Direction du développement des Médias, rattachée à Matignon lance un site plus grand public, nommé « Surfez Intelligent », accessible ici : http://www.ddm.gouv.fr/surfezintelligent/ Notez que ces sites proposeront prochainement le téléchargement d’un logiciel libre et multiplateforme nommé Ansmo (« Apprécier le niveau de sécurité d'un micro-ordinateur ») pour diagnostiquer le niveau de sécurité d’une machine.
- Les associations de protection des droits civiques, l’Electronic Frontiers Foundation et l’Asian Law Caucus, ont demandé à une cour californienne d’exiger des explications de la part du gouvernement américain sur le bien fondé de saisies de portables par les douanes américaines, ces derniers évoquant le besoin de recherche d’informations sur le terrorisme, la pornographie infantile ou d’autres preuves criminelles. Une quinzaine de cas sont rapportés par les associations, où les autorités confisquent le matériel, cassent les mots de passe et consultent l’historique Internet, les e.mails et les divers documents présents, avant de renvoyer le portable (s’il est rendu, ce qui ne semble pas systématique).
- Le moteur de recherche Ask.com continue de proposer de nouvelles personnalisations de son interface. Il est désormais possible de sélectionner un fond d’écran, via la rubrique skins.
- Selon l'Internet Advertising Bureau (IAB) et la société Comscore, les sites de Google trustent toujours les audiences des moteurs de recherche en France, avec 86,7 % de parts de marché. Les autres se partagent les miettes : on retrouve derrière Microsoft (2,8 %), Yahoo (2,7 %), eBay (2,4 %) et France Telecom (1,8 %).