Le Blog de NewsLetterOnline.net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Orange

Fil des billets

mercredi 5 août 2009

L'appel à candidature pour la quatrième licence 3G est lancé

Après de très nombreux retards, le gouvernement a enfin publié au Journal Officiel l'appel à candidature pour attribuer une quatrième licence 3G à un nouvel opérateur, dans l'espoir de relancer la concurrence sur un marché de la téléphonie mobile verrouillé par les 3 opérateurs en place et de faire baisser les prix (Bercy table ainsi sur une baisse de 7 %). Conformément aux recommandations de la Commission des participations et des transferts (CPT), le prix du ticket d'entrée a été fixé à 240 millions d'euros pour un bloc de fréquences de 5 MHz (deux autres blocs de 5 MHz sont réservés aux opérateurs actuels). Les dossiers de candidature doivent être remis à l'Arcep avant le 29 octobre 2009 à midi, la liste des candidats étant rendue publique le 20 novembre au plus tard. Les résultats de cette procédure seront rendus publics au plus tard le 29 mai 2009, et l'autorité aura ensuite jusqu'au 29 juin 2010 pour rendre la décision finale. Le lancement commercial des nouvelles offres n’est donc pas prévu avant 2011.

Les candidats devront s’engager sur la cohérence et la crédibilité du projet, les offres de services et les offres tarifaires, la couverture du territoire et la rapidité de déploiement du réseau, la cohérence et la crédibilité du plan d'affaires, la qualité de service, les relations avec les fournisseurs de services, les relations avec les consommateurs, les actions visant à préserver l'environnement et l'emploi. Le vainqueur devra atteindre un taux de couverture voix de 25 % sur 2 ans (80 % sur 8 ans), de couverture données de 20 % sur 2 ans (60 % sur 8 ans), et devra atteindre un taux de réussite de prise de communication de plus de 90 % dès la première tentative, et ceci pour tous les services.

Seul un opérateur a pour le moment confirmé sa participation : c'est bien entendu Iliad (Free) qui s'est dit réjoui du lancement de la procédure, et qui fait figure d'ultrafavori. Il sera ainsi en mesure de concurrencer Orange et SFR avec une offre quadriplay, même si pour le moment de telles offres n’ont pas véritablement émergé. Rappelons que Free a promis, s’il remporte l’appel d’offres, de diviser par 2 la facture télécoms des français. Parmi les autres prétendants possibles, on peut noter Virgin Mobile, Kertel, Numéricable ou encore l'égyptien Orascom, mais ils ne pourront vraisemblablement répondre que dans le cadre d’un conglomérat de plusieurs entreprises afin de pouvoir justifier d'une situation financière stable et de capacités d'investissement suffisantes (l'Arcep estime que l'opérateur devra investir au bas mot 1 milliard d'euros pour déployer son réseau 3G).

Du côté des opérateurs actuels, c’est surtout Orange (France Telecom) qui a manifesté la plus forte opposition à cette quatrième licence, ce qui n’est pas étonnant puisqu’en tant que leader du marché, il a tout à perdre… Selon lui, le prix de la licence est trop faible pour être justifiable (rappelons que le prix a dans un premier temps été divisé par trois puisque la gamme de fréquences a également été divisée par 3 par rapport aux premières licences UMTS, puis a été rehaussé par la CPT pour tenir compte de l’inflation). Orange a donc décidé de saisir la justice européenne pour régler la question : « Sur la base du prix publié par le “Journal officiel” […] France Télécom va saisir la Commission européenne pour aide d'Etat, c'est-à-dire l'avantage accordé au quatrième entrant par rapport aux trois autres détenteurs de fréquences mobiles ». Avec cette procédure, Orange espère en particulier ralentir le nouvel entrant puisque les 3 opérateurs s’étaient engagés à céder des fréquences et à louer des capacités de leurs réseaux à un opérateur tiers… uniquement jusqu’en juin 2010. Orange a réellement peu de chance de stopper la procédure et de faire réévaluer le prix de la licence, puisqu’une procédure similaire a eu lieu en République Tchèque pour la troisième licence 3G en 2005, et la conclusion de la Commission Européenne était sans appel : « Le niveau estimé de la redevance à payer pour la troisième licence 3G tchèque était inférieur en raison de la chute des prix des licences en Europe au cours des dernières années. Cette chute est une conséquence de la baisse spectaculaire des prévisions de recettes des licences 3G ces dernières années […] Il n'y a eu aucune discrimination à l'égard des opérateurs qui ont remporté les deux premières licences en 2001 ».

Enfin, du côté des MVNO, l’appel d’offres est une déception, car peu de contraintes seront imposées au nouvel entrant pour améliorer les conditions d’hébergement des opérateurs virtuels. L’Arcep a précisé que « dès lors que l'opérateur est un opérateur 3G disposant d'une autorisation GSM (« opérateur 2G/3G »), il est tenu de faire droit, dans des conditions objectives, transparentes et non discriminatoires, aux demandes raisonnables d'itinérance sur son réseau GSM d'un opérateur 3G ne disposant pas d'une autorisation GSM durant une période de six ans à compter de la publication au Journal officiel de la décision autorisant ce dernier à établir et exploiter un réseau radioélectrique de troisième génération ouvert au public et à fournir le service téléphonique au public ». Télé2 Mobile « déplore l'absence de mesures concrètes visant à l'amélioration des conditions d'accueil des MVNO et en particulier sur l'obligation attendue d'hébergement d'opérateurs mobiles dégroupés. Ces mesures avaient pourtant fait l'objet de recommandations très précises et motivées, tant de l'Arcep que du Conseil de la Concurrence ».

jeudi 18 décembre 2008

Orange perd l'exclusivité de l'iPhone

Coup de tonnerre chez Orange. Suite à la saisine de Bouygues Telecom, le Conseil de la concurrence a décidé de mettre immédiatement un terme à l’accord d’exclusivité signé entre Orange et Apple concernant l’iPhone, estimant que la durée excessive de cette exclusivité (5 ans) est « de nature à porter une atteinte grave et immédiate à la concurrence sur le marché des mobiles et aux consommateurs » (alors que ce secteur est déjà très peu concurrentiel). Selon la décision,  « l'injonction prononcée vise à ce que les produits iPhone ne soient plus exclusivement commercialisés par Orange mais puissent l'être par tout autre opérateur souhaitant bâtir une offre avec ce terminal ». En cas de sortie d’un nouveau modèle d’iPhone, l’exclusivité ne pourrait excéder une durée de 3 mois. Bouygues s’est évidemment félicité de cette décision concernant l’iPhone,  et « espère pouvoir le commercialiser dans les meilleurs délais ». De son côté, Orange a annoncé son intention de faire appel de la décision (qui n’est en principe pas suspensive) : « Orange rappelle que le lancement de l'iPhone en France repose sur un partenariat industriel pour lequel Orange a particulièrement investi. Il est d'ailleurs paradoxal que l'opérateur ayant le plus de retard dans le déploiement de son réseau 3G soit à l'initiative de cette plainte. On notera également qu'il lui a fallu attendre plus d'une année après le lancement de l'iPhone pour demander ces mesures conservatoires supposées urgentes et qui interviennent en pleine période commerciale de fin d'année. La décision de ce jour est grave. Elle remet profondément en cause l'économie du marché et notamment les partenariats entre opérateurs mobiles et constructeurs au service des consommateurs et de l'innovation ». Orange aurait déjà investi 86,5 millions d’euros au titre du partenariat avec Apple. Mais le Conseil n’a retenu qu’un montant de 16,5 millions d’euros en excluant les sommes reversées à Apple hors subvention, et a comparé ce chiffre avec les 222 millions d’euros de chiffres d’affaires générés en seulement trois mois et demi grâce à l’iPhone... D’autre part, Orange et Apple avait au cours de la procédure rappelé que d’autres accords d’exclusivité existaient, comme celui permettant à SFR d’être le seul à commercialiser le Blackberry Storm (mais le conseil a précisé que la durée de l’exclusivité devait rester raisonnable). http://www.conseil-concurrence.fr/user/standard.php?id_rub=255&id_article=1005

Il faut noter que la procédure du Conseil de la Concurrence a permis de faire jour sur certains points opaques de la politique d’Apple. Ainsi, la firme de Cupertino avait dans un premier temps tenté de trouver un accord avec Vodafone (et donc SFR en France) mais sans parvenir à le concrétiser. Orange était donc la solution alternative. D’autre part, à partir de fin 2009, Apple pourra mettre un terme à l’accord passé avec Orange, et pourra au bout de 2 ans supplémentaires mettre en place une action marketing destinée aux clients iPhone d’Orange pour les faire migrer vers un autre opérateur.
En contrepartie de l’exclusivité, Orange devait verser à Apple 30 % des sommes facturées aux clients iPhone, et rembourser 50 % des dépenses publicitaires d’Apple pour la promotion de l’iPhone (avec un plafond de 10 millions d’euros). L’opérateur ne pouvait en outre signer un accord équivalent avec un autre fabricant de smartphones. Depuis, le modèle économique a changé avec l’iPhone 3G, revenant à un système classique de partage de revenus (avec néanmoins un niveau minimum de subvention), tout en ouvrant la distribution à d’autres revendeurs (comme la Fnac ou PhoneHouse). Il faut enfin noter que ces derniers, pour obtenir le droit de distribuer l’iPhone 3G, ont une obligation contractuelle de générer 30 % de leurs revenus avec la vente... d’iPod ! « Ce type de contrat est totalement inhabituel. Aucun autre constructeur n'a mis en place un tel système de distribution sélective » selon un représentant de la Fnac.

mardi 26 août 2008

Orange avoue brider volontairement les débits des forfaits 3G+ (MAJ)

Les abonnés à une offre 3G+ (Origami Star ou iPhone) d'Orange ne décolèrent pas. Ils ont en effet découvert que quel que soit le smartphone (comme l'iPhone 3G) qui se connecte au réseau 3G+ d'Orange, les débits restent désespérément au niveau de l'offre 3G (384 kbps), alors que l'opérateur annonce un débit pouvant atteindre 14.400 kbps. Interrogés sur le sujet, les techniciens d'Orange reconnaissaient la présence d'un bridage au niveau des abonnements, et acceptaient de le lever sur demande... avant que leur direction intervienne en donnant l'ordre de ne plus accepter de telles demandes. Des clients ont en réaction mis en ligne une pétition.
Dans un premiers temps, Orange rejetait la faute sur Apple et son iPhone 3G, qui ne serait pas compatible 3G+. Mais devant les tests significatifs effectués avec d'autres smartphones, l'opérateur a été obligé de reconnaitre les faits. Devant la fronde de ses abonnés, Orange a annoncé qu'à partir du 15 septembre, les débits pour ces téléphones passeront à 1 Mbps, ce qui reste encore loin du maximum théorique...

Mise à jour du 27 août 2008 : Orange précise que la hausse du débit ne sera effective que pour les utilisateurs d'iPhone 3G (ce qui est ironique, puisque des utilisateurs du monde entier se plaignent des faibles vitesses de connexion avec ce smartphone). Pour ceux qui ont préféré acheter à prix élevé un smartphone 3G+ non Apple, ils resteront cantonnés à la simple 3G. Orange explique que ce bridage a été mis en place pour que « chaque client ait accès au réseau de manière équitable. Un débit de 384 Kbit/s est suffisant pour un usage confortable ». En lisant entre les lignes, on peut penser que le réseau d'Orange est nettement sous-dimensionné (d'autant que les CGV d'Orange imposent un plafond de 500 Mo par mois). Enfin, il faut noter que celle limitation de débit ne concerne pas les utilisateurs de clés 3G+ USB ou PC Card.

Mise à jour du 27 août 2008 (bis) : Face au buzz négatif de l'affaire, Orange semble à nouveau avoir changé d'avis. Selon un communiqué de l'opérateur, « pour des nouveaux produits hybrides du type iPhone (entre téléphone et PC) Orange optimise dès aujourd’hui le débit disponible jusqu’à 1,8 Mbits en débit crête pour ses nouveaux clients et aura achevé l’optimisation pour les clients existants à mi septembre ».

Mise à jour du 29 août 2008 : Les services marketing d'Orange devraient se pencher un peu plus sur la communication de l'entreprise concernant le bridage des offres 3G+, car la situation reste pour le moins obscure. Suite à l'intervention de Karine Dussert-Sarthe, la directrice marketing mobile chargée de l'iPhone chez Orange, sur un chat organisé par 01Net, il apparait en effet que :
• le débit crête à 1,8 Mbps ne concernera que les forfaits iPhone, l'option iPhone, et les forfaits Origami Star série limitée pour iPhone.
• les iPhone avec forfait Origami classique ne bénéficieront pas d'une augmentation de débit
• les clients possédant un forfait ZAP ne bénéficieront pas du débit crête de 1,8 Mbps, sauf si leur nombre augmente significativement
• les clients possédant un smartphone 3G+ non iPhone ne bénéficieront d'aucune augmentation de débit
• le quota de 500 Mo pourrait être réévalué dans un futur proche
• les gestes commerciaux seront traités au cas par cas
Autre information, Orange a vendu 116.000 iPhone 3G en un mois depuis son lancement (il avait fallu attendre 6 mois avec le premier iPhone pour atteindre ce chiffre).

samedi 23 août 2008

Canal+ pourrait devenir FAI pour concurrencer Orange

Face à la menace que constitue Orange, qui est désormais éditeur de chaines TV et de contenus (les chaines Orange TV et Orange Foot, ou encore les productions cinématographiques Studio 37) et qui peut se reposer sur une manne financière importante, le groupe Canal+ doit très rapidement réagir pour tenter à son tour de concurrencer Orange sur son propre marché. Selon le Figaro, c'est la filiale Canal+ Overseas qui doit lancer la première offensive en tentant de proposer une offre unifiée triple play sur son terrain de prédilection, les DOM-TOM, en s'appuyant sur un fort taux de pénétration (de 50 à 60 %) et ses 300.000 abonnés. Canal+ devrait adopter plusieurs stratégies selon les régions : par exemple en faisant appel à des FAI partenaires (Outremer Telecom, MediaServ, ou encore SRR à la Réunion, une filiale de SFR qui elle-même filiale de Vivendi, la maison-mère de Canal+) ou en achetant de la capacité pour monter son propre réseau (comme aux Antilles, où SFR est absent).
Canal+ suit l'exemple de Sky en Angleterre, qui a étendu ses activités audiovisuelles en devenant fournisseur d'offres Triple Play. Si l'opération de Canal+ Overseas se montre probante, nul doute que Canal+ lancera la même offensive en métropole.

jeudi 26 juin 2008

Orange dévoile les tarifs de l'iPhone 3G

Sans surprise, Orange a annoncé qu'il subventionnera l'iPhone 3G d'Apple. Le modèle 8 Go sera proposé à 149 €, contre 199 € pour la version 16 Go, pour toute souscription à un forfait Orange Origami Star, First ou Jet, ou à un forfait Orange pour iPhone, facturé entre 49 et 149 € par mois pour un engagement de 24 mois (+ 4,5 € par mois pour un engagement de 12 mois), avec un accès Internet Edge/3G limité à 500 Mo de données échangées par mois. Avec un autre forfait Orange (sans engagement, ou bloqué), le tarif de l'iPhone 3G 8 Go passera à 199 (249 € pour le modèle 16 Go). Sans abonnement, l'iPhone 3G sera commercialisé à 509 € en version 8 Go et 609 € en version 16 Go (contre 649 € pour le premier iPhone).
D'autre part, Apple a confirmé que l'iPhone 3G sera commercialisé par d'autres distributeurs tels que Darty ou la Fnac (même si aucun accord n'a pour le moment été signé) ou d'autres revendeurs. Enfin, Orange fait un geste pour ceux qui ont acheté un iPhone de première génération avant le 12 juin 2008 : une réduction de 100 € sur le programme "Changer de mobile" avant le 31 octobre 2008 (avec un réengagement sur 24 mois), ce qui place l'iPhone 3G 8 Go à 99 €.
L'iPhone 3G sera disponible le 17 juillet.

vendredi 13 juin 2008

Orange brade l'iPhone EDGE

Alors qu'Orange n'a toujours pas annoncé le prix des futurs iPhone 3G, l'opérateur historique a décidé de se débarrasser le plus vite possible de son stock d'iPhone première génération, qui ne s'est finalement pas très bien vendu en France. Le modèle 8 Go est donc proposé à 99 €, tandis que la version 16 Go passe à 199 €, sous réserve de souscrire à un abonnement de 12 ou 24 mois (à partir de 49 € par mois).
Concernant le futur iPhone 3G, certains opérateurs annoncent déjà la couleur. Ainsi, l'opérateur britannique O2 avec sa filiale Carphone a décidé de subventionner totalement le nouveau smartphone d'Apple, en offrant le terminal en échange de la souscription d'un abonnement d'au moins 45 £ (57 €) par mois pour le modèle 8 Go et 75 £ (94 €) pour le modèle 16 Go. Pour un abonnement moins cher, l'iPhone 3G 8 Go sera proposé à 99 £ (136 €), contre 159 £ (200 €) pour le modèle 16 Go. En italie, Vodafone a dévoilé le tarif de l'iPhone 3G vendu nu, sans subvention opérateur : ce sera 499 € pour le modèle 8 Go, et 569 € pour le modèle 16 Go, soit 300 € de moins que la première génération.

mercredi 11 juin 2008

SFR et Orange s'affrontent sur le marché des services de téléchargement « illimité » de musique

A quelques heures d'intervalle, Orange et SFR ont annoncé leurs nouvelles offres de téléchargement illimité de musique, avec "Musique Max" pour le premier et "Pass Music Live" pour le second. Les 2 offres sont très similaires : pour 12 € par mois, les abonnés peuvent télécharger et conserver définitivement les titres choisis dans les catalogues de plusieurs majors (même après la résiliation de l'abonnement), à hauteur de 500.000 titres chez SFR et 1 million de titres chez Orange. Les services sont accessibles depuis un PC, et les fichiers pourront être transférés vers un mobile ou un baladeur. Ils sont accompagnés de diverses offres. Ainsi, chez SFR, il existe une formule permettant d'obtenir des réductions pour les places de concert, un accès au service SFR Music depuis un mobile, et un accès au service de diffusion de concerts en direct. Chez Orange, il sera possible de transférer les titres vers 5 supports au maximum (ni disque dur externe, ni CD, uniquement des téléphones et baladeurs compatibles), et en outre l'illimité est en réalité limité à 500 titres par mois pour « éviter les comportements déraisonnables » selon l’opérateur. Enfin, les fichiers seront tous protégés par le DRM Windows Media. Ce ne sont donc probablement pas les offres qui permettront de ralentir le piratage de la musique en France...

vendredi 9 mai 2008

Internet en bref - 9 mai 2008

- Orange comptabilise 7,62 millions d’abonnés ADSL en France au premier trimestre 2008, dont 5,63 millions louent une Livebox et 1,28 million reçoivent la TV sur ADSL.
- Selon une étude de Spectrum Value Partner (commandée par Ericsson, Nokia, Orange, Telefonica et Vodafone), la vente d’un quart des fréquences UHF aux opérateurs de téléphonie mobile permettrait aux Etats d’engranger 95 milliards d’euros. Mais retarder cette ouverture coûterait à l’économie européenne 20 milliards d’euros. Evidemment, ces chiffres sont à prendre avec des pincettes puisque les sociétés ayant commandé cette étude sont directement impliquées dans cette opération…
- Le Conseil de la concurrence a rejeté la plainte de l’AFORST concernant l’accord d’exclusivité signé entre France Telecom et France Télévisions pour le service de catch-up TV nommé Rewind TV.
- Le service de catch-up TV de Canal+, nommé Canal+ à la demande, est désormais disponible sur Freebox TV.
- Selon Electronlibre.info, l’Elysée pourrait repousser l’étude du projet de loi Hadopi après l’été, ce qui été craint par les ayants droit.
- L’ancien annuaire de liens P2P TorrentSpy a été condamné par la justice pour contrefaçon, et devra en conséquence verser 110 millions de dollars à la MPAA (soit 30.000 $ par violation de droits d’auteurs, pour 3699 vidéos référencés). Rappelons que le site n’était qu’un moteur de recherche de fichier Torrent, et avait tout fait pour protéger ses utilisateurs (destruction des bases de données, blocage de l’accès aux internautes américains…). Le site va faire appel de la décision.
- Bonne nouvelle pour le commerce en ligne de livres. La Cour de cassation vient en effet de casser le jugement de première instance et de la Coup d’appel opposant le site Alapage au Syndicat de la Librairie Française, ce dernier estimant que la gratuité des frais de port constituait une prime à l’achat, ce qui est interdit par la loi Lang de 1981. Mais la Cour de Cassation a estimé que le port gratuit ne contrevenait pas à la loi Lang. Alapage peut donc souffler, ainsi qu’Amazon, qui est engagé dans une lutte judiciaire identique.
- Le site communautaire Flickr, qui permet de stocker et partager des photos, indique que le téléphone portable qui est le plus utilisé pour créer les images que stocke le site est l’iPhone (alors qu’il ne possède qu’un capteur 2 Mpixels sans flash ni autofocus).
- Microsoft envisagerait de racheter la totalité de Facebook, avec la manne que l’éditeur avait préparée pour le rachat de Yahoo !
- L’agent littéraire Barbera Bauer a porté plainte contre des utilisateurs de Wikipedia qui l’ont décrite comme « la plus bête des vingt plus mauvais agents littéraires ». Le site communautaire et l’EFF ont déposé une requête pour rejeter la plainte.
- Universal a signé un accord avec le service P2P de téléchargement légal Qtrax, qui proposera gratuitement des morceaux de musique et commercialisera des goodies, le tout financé par de la publicité.
- Nokia a signé un accord avec la Sasem, la SDRM et Sesam pour le lancement de l’offre Nokia Music Store en France, ce qui permettra de rémunérer les auteurs, compositeurs et éditeurs. L’offre « Come With Music » n’est pour l’heure pas concernée par cet accord.
- Microsoft a eu le dernier mot : la société Unicaresoft, qui a conçu le logiciel MSN Lock, a été condamnée par la justice pour infraction au droit des marques, et devra reverser 18.135 € de frais de procédure à Microsoft. Unicaresoft pourrait faire appel.

- page 1 de 3