Le Blog de NewsLetterOnline.net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - fusion-acquisition

Fil des billets

dimanche 11 octobre 2009

Des actionnaires de On2 rejettent l'opération de rachat de Google

On2 et Google se sont-ils un peu trop rapidement précipité pour annoncer le rachat du premier par le second ? Il semble bien que ce soit le cas, car plusieurs actionnaires du spécialiste de la compression vidéo ont repoussé l'offre de Google (106,5 millions de dollars), la jugeant insuffisante, et ont dans la foulée porté plainte contre le moteur de recherche pour déclencher une procédure en class action afin de bloquer la procédure de rachat. Ils réclament en outre des dommages et intérêts à Google et au conseil d'administration d'On2.
Ils les accusent d'avoir sciemment choisi de révéler cette opération la veille de l'annonce des résultats trimestriels de On2, à un moment où le cours de l'action était faible, pour éviter d'avoir à augmenter le montant de l'offre. Le rachat de cette société étant stratégique pour Google, ce dernier devrait vraisemblablement accepter de mettre la main au portefeuille pour stopper les poursuites et finaliser la procédure.

Ce petit couac n’empêche pas Google de continuer ses emplettes. Le moteur de recherche s’est ainsi offert la société reCaptcha, spécialisée dans la retranscription de textes par reconnaissance de caractère et les systèmes de lutte contre le remplissage de formulaires en ligne par des robots.

mardi 21 avril 2009

Oracle s’offre Sun Microsystems pour 7,4 milliards de dollars (MAJ)

On croyait l’époque des mégafusions révolues. Et bien Larry Ellison, le PDG d’Oracle, vient de démontrer le contraire et de prouver une fois de plus qu’il est un adversaire redoutable sur le marché des serveurs.

Tout a commencé en mars dernier, lorsque le World Street Journal avait dévoilé qu’IBM était entré en négociations exclusives avec Sun pour étudier son rachat.  Mais Sun était trop gourmand pour IBM, et malgré une dernière proposition de Big Blue (entre 6,7 et 7,4 milliards de dollars en cash), les négociations se sont brutalement interrompues, IBM ayant décidé d’abandonner ce rachat (malgré des relances de son partenaire). Et c’est pourquoi l’annonce du rachat de Sun par Oracle il y a quelques heures à fait l’effet d’une bombe : personne n’était au courant, même Steve Ballmer, le PDG de Microsoft, s’est déclaré très surpris. Et pour cause : selon Reuters, les négociations (très secrètes) n’auraient débuté que jeudi dernier. Pour cette opération, Oracle va donc débourser environ 7,4 milliards de dollars (reprise de dette comprise), et offrir une prime de 42 % par rapport au dernier cours de clôture de Sun. Suite à cette annonce, le cours de l’action de Sun a bondi de 35 %, et celui d’Oracle a chuté de 5 %.

Si Oracle est un spécialiste des rachats d’entreprise spécialisée dans les logiciels serveurs (on se souvient de BEA, PeopleSoft, JD Edwards ou encore Siebel), le rachat de Sun est inédit pour la société. Ce dernier réalise en effet la majorité de son activité dans la vente de matériels (Sun est le numéro 4 mondial des serveurs d’entreprise), ce qui va donc positionner Oracle comme un redoutable concurrent d’IBM, de Microsoft et de HP (sauf si Oracle décide de revendre cette activité). On peut également remarquer que les solutions d’Oracle utilisent très souvent des briques technologiques de Sun, ce qui laisse penser que des synergies fortes devraient émerger de la fusion des deux entreprises.

Enfin, on notera qu’avec cette opération, Oracle met la main sur 2 technologies clés : d’une part le système d’exploitation Solaris (utilisé majoritairement avec Oracle Database), et surtout le langage Java, ce qui devrait de facto permettre à Oracle de mieux se positionner sur le marché des middlewares. Mais les utilisateurs de MySQL (racheté en 2008 par Sun) peuvent déjà trembler, car Oracle a systématiquement tué les produits qui concurrençaient les siens à chaque rachat… La communauté open source attend également de connaitre le sort réservé aux autres projets open source de Sun : Glassfish, NetBeans, OpenSolaris, OpenJDK, OpenESB, MySQL Community, VirtualBox, OpenOffice.org...

Mise à jour du 3 mai 2009 : L'affaire était-elle aussi bonne que cela pour Oracle ? Le chiffre d'affaires de Sun pour son troisième trimestre est en chute de 20 % sur un an, soit 2,61 milliards de dollars, très en dessous des prévisions des analystes. Sun annonce de plus une perte de 201 millions de dollars (contre 34 millions de dollars de perte en 2008) dont 46 millions de dollars de compensations pour les 6000 salariés récemment licenciés. Les ventes de serveurs ont chuté de 26 %, ce qui laisse craindre qu'Oracle se débarrasse de cette division, avec la clé près de 10.000 licenciements et un probable bouleversement du marché.

vendredi 7 novembre 2008

Rien ne va plus pour Yahoo : abandonné par Google, sa dernière chance reste Microsoft (mis à jour le 8 novembre 2008)

Jerry Yang a opéré un retournement éclair de veste en quelques heures. Google a en effet annoncé mercredi qu'il mettait un terme à l'accord de partenariat sur la recherche sponsorisée passé avec Yahoo en juin dernier, suite à l'annonce de la position défavorable des services antitrust du département américain de la Justice, indiquant qu'ils s'opposeraient à l'accord entre les 2 sociétés pour préserver la concurrence sur le marché de la publicité sur Internet. Or cet accord était stratégique pour Yahoo : il lui avait permis de mettre un terme aux velléités de Microsoft qui cherchait à l'avaler, tout en lui permettant de porter sa marge brute d'autofinancement annuelle de 250 à 450 millions de dollars pour son prochain exercice annuel.

Jeudi, Jerry Yang, le PDG de Yahoo, a déclaré : « A ce jour, je dois dire que la meilleure chose à  faire pour Microsoft est d'acheter Yahoo. Je ne pense pas que c'est une mauvaise idée du tout ». Rappelons qu'il tenait des propos tout-à-fait contraires il y a seulement quelques mois, lorsque Microsoft lui faisait une proposition de rachat de 44,6 milliards de dollars (33 $ par action). Seulement voilà, la crise financière est passée par là, et depuis la valeur boursière de Yahoo a dégringolé de 40 %, avec désormais un titre à 13,95 $ seulement. Selon Yang, « Au juste prix, quel que soit le prix, nous sommes disposés à vendre l'entreprise ». Les actionnaires de Yahoo, qui reprochait au PDG d'avoir été trop gourmand jusqu'à faire capoter les négociations avec l'éditeur de Redmond (il réclamait 37 $ par action), risquent fort d'être maintenant très énervés... Reste à savoir si Microsoft souhaite encore racheter Yahoo, même à un prix bradé.

Mise à jour du 8 novembre 2008 : réponse cinglante de Steve Ballmer aux propos de Jerry Yang : « Nous avons fait une offre, suivie d'une autre. À l'évidence, Yahoo ne souhaitait pas que nous le rachetions [...] Nous avons à un moment évoqué un partenariat autour de l'activité de moteur de recherche, et non publicitaire. Cela n'a pas marché non plus [...] Nous ne souhaitons plus revenir en arrière pour réexaminer une acquisition. Honnêtement, je ne vois aucune raison pour qu'ils le fassent aussi. Ils ont refusé notre offre de 33 $ par action, alors passons à autre chose ». Suite à ces propos, l'action de Yahoo a de nouveau dévissé pour atteindre 12,20 $. L'avenir du site est donc sombre. Pour preuve, Yahoo! multiplie les plans de licenciement, et ferme un à un tous ses réseaux sociaux : Mash, puis Yahoo Live et dernièrement Kickstart.

mercredi 5 novembre 2008

Fujitsu et Siemens se séparent, tandis que Sanyo et Panasonic se rapprochent

Le constructeur européen Fujitsu-Siemens va redevenir japonais. Les 2 entreprises, le japonais Fujitsu et l'allemand Siemens, ont en effet annoncé leur séparation, qui sera effective le 1er avril 2009. Fujitsu va absorber les 50 % de parts de Siemens dans leur filiale commune pour 450 millions d'euros. Avec cette opération, Fujitsu espère augmenter ses ventes mondiales d'ordinateurs (la co-entreprise n'avait jamais réussi à dépasser les 5 % de parts de marché). Suite à cette annonce, l'actuel PDG de la joint venture, Bernd Bischoff, a démissionné pour « raisons personnelles ». Il sera remplacé par Kai Flore, l'actuel CFO (Chief Financial Officer).

Dans le même temps, Sanyo a indiqué être favorable à l'offre de reprise que lui a présenté le groupe japonais Panasonic. Selon NHK, les 2 sociétés seraient parvenues à un accord sur les points essentiels de l'offre. Leur rapprochement formerait le premier fabricant japonais de produits électroniques en termes de chiffre d'affaires, devant Hitachi.

mardi 16 septembre 2008

Best Buy rachète Napster pour 121 millions de dollars

C'est une petite surprise : le distributeur de produits électronique Best Buy vient de racheter pour 121 millions de dollars le site américain de téléchargement de musique, Napster. En prenant en compte la trésorerie de Napster, l'opération se montera finalement à 54 millions de dollars. Un prix qui reste néanmoins très élevé pour un site qui ne compte que 760.000 abonnés, ce qui est bien en dessous de ce que revendique Apple et son iTunes Store. En outre, les résultats de Napster ne sont pas brillants, avec pour l'exercice 2007-2008 (clos au 31 mars) un chiffre d'affaires de 127,5 millions de dollars pour un déficit de 16,5 millions de dollars. Mais peu importe pour les investisseurs, puisque dès l'annonce de l'OPA, l'action Napster a connu une hausse spectaculaire de 87 %. http://www.bestbuynewscenter.com/article_display.cfm?article_id=4595
Ce n'est pas la première fois que Napster change de main. Pour rappel, après avoir défrayé la chronique en lançant la mode des services peer-to-peer d'échange gratuit (et illégal) de musique, Shawn Fanning, le créateur de Napster, avait sous la pression des maisons de disque revendu son site à Roxio pour qu'il soit transformé en site de téléchargement légal et payant. Le nouveau site avait ainsi introduit un service de location de musique. Le catalogue compte actuellement 2 millions de titres. http://www.napster.com/