Via son blog ( http://googlewebmastercentral.blogspot.com/2009/08/help-test-some-next-generation.html ), Google a invité en août dernier les internautes à tester la future infrastructure de son moteur de recherches, dont le nom de code est Caffeine. Cette nouvelle version repose sur une architecture permettant d'augmenter la taille de l'index, la rapidité de l'indexation et la pertinence des résultats. Elle est disponible à cette adresse : http://www2.sandbox.google.com/
Selon les premiers tests de Mashable, si l'apparence est identique, les temps de réponse sont deux fois plus courts qu'avec l'actuel moteur (0,07 seconde contre 0,16 seconde, ce qui semble logique puisque la nouvelle infrastructure n'est pas encore sollicitée), le nombre de résultats semble plus élevé (par exemple 635 millions de résultats pour la requête « Microsoft » contre 530 millions avec la version actuelle). En revanche, la pertinence des résultats est quasiment inchangée (avec néanmoins un léger avantage à Caffeine). Mais le changement le plus important reste la rapidité d'indexation, qui est un atout indéniable contre la montée en puissance du moteur Bing de Microsoft.

Début octobre, Google a également introduit de nouvelles options sur la version américaine de son moteur : recherche selon une date précise, recherche parmi les pages visitées, filtrage par source (forums, livres, actualités, vidéos…), par informations connexes, et par images. Google permet également de limiter les résultats renvoyés par les sites marchands pour limiter le nombre de sites proposés (ce qui ne limite toutefois pas les liens sponsorisés…). Une fonction de traduction de sites est en outre proposée aux webmasters.

Enfin, Google vient de lancer une nouvelle phase de bêta-test (limitée à 100.000 utilisateurs) concernant sa plateforme de communication collaborative Google Wave, une sorte de croisement entre un service de messagerie et d’un wiki, permettant la gestion des contacts, le partage de documents, la gestion des extensions et des robots, et la fusion des nombreuses ressources comme des flux, Twitter, blogs… Si Google a réussi à créer le buzz en annonçant cette phase de test, les premiers retours sont néanmoins mitigés. Google Wave nécessite un navigateur compatible HTML5 (Safari, Chrome, Firefox), mais peut fonctionner avec Internet Explorer 7 ou 8 grâce au plug-in Chrome Frame de Google, qui permet d’incorporer le moteur de rendu et le moteur Javascript de Google Chrome dans Internet Explorer (une initiative critiquée par Microsoft, jugeant que ce plug-in rend Internet Explorer moins sûr, mais également par la fondation Mozilla, qui estime que ce plug-in rend difficile la gestion des données personnelles, désactive des fonctions importantes du navigateur de Microsoft comme la navigation privée, et qui pourrait pousser les internautes à choisir le moteur de rendu selon le site, renforçant les problèmes de compatibilité actuels sur le web). http://wave.google.com/